Les fermiers

Les Jardins de la FRUITgalité, c’est d’abord un couple de jeunes idéalistes , Anick en Antoine, qui ont décidé de repousser les frontières de leur implication personnelle :

anouk_jardins_fruitgalite_2015

Après avoir complété un baccalauréat en anthropologie en 2007, Anick a fondé le Marché de solidarité régionale de Québec, un OBNL voué à offrir un accès direct à des aliments frais et sains produits localement et écologiquement. On y propose une mise en marché de proximité, conviviale et mobilisatrice favorisant une solidarité entre mangeur et producteurs tout en s’inscrivant plus largement  dans une remise en question et une transformation du système agroalimentaire. Elle s’implique également dans différentes causes agro-alimentaire tel que le Jardin communautaire biologique Le Tourne-Sol où elle jardine pendant 10 ans tout en occupant durant 3 années le poste de présidente. Elle est co-fondatrice de groupes tels que Valorisons SMA ou que la Coopérative pour l’agriculture de proximité et écologique (CAPÉ). Aujourd’hui, Anick est toujours coordonnatrice du marché rebaptisé Marché de proximité de Québec. En 2014, elle lançait Les jardins de la FRUITgalité (photo du bandeau ci-haut) avec  Antoine et effectue surtout du travail de bureau, de la récolte, de la distribution et de la vente de légumes.

2014_08_05_01 048

Après avoir fait des études universitaires en biochimie, Antoine s’oriente vers des emplois plus manuels tout en continuant de s’impliquer pour différentes causes sociales et environnementales  Avec Anick, il siège notamment sur le CA du jardin Le Tourne-Sol. Durant 4 années, il occupe le poste de directeur du jardin. En 2012, il décide de réaliser son rêve et d’apprendre le métier de fermier maraîcher. Il décide donc d’apprendre «sur le tas» et travaille durant 7 mois à la Ferme Hantée de Lotbinière comme ouvrier agricole. Il répète l’expérience chez Labonté et filles (traction chevaline) l’année suivante. En 2014, Anick et Antoine lancent la première saison d’ASC des Jardins de la FRUITgalité. Ils  offrent 16 paniers par semaine composés d’une quarantaine de variétés de légumes différents et vendent les surplus via le Marché de Proximité.

«Pour nous, ce projet agricole n’est pas un repli sur soi mais une occasion de rayonner et d’inspirer. C’est en fait un nouveau degré de mise en pratique d’idées de militants attachés aux principes du lifestyle activism : notre implication dans des domaines tels que la gestion des matières résiduelles, l’agro-distribution et l’agro-production, la vie communautaire, la décroissance nous a amené à consommer de façon plus responsable et de moins en moins, à réutiliser, réparer et à bricoler de façon à avoir un impact écologique toujours plus faible et à explorer des façons de faire plus démocratiques et équitables. Les jardins de la FRUITgalité représentent une étape de plus dans notre réflexion pour la création d’un monde véritablement durable. Ainsi, la transparence et la promotion de nos façons de faire à travers sites internet, interviews, conférences et rencontres demeurent des objectifs importants de notre projet ».

Publicités