Éco-légumes ?

Les jardins de la FRUITgalité, c’est d’abord un projet maraîcher (production de légumes) écologique sur petite surface.

ÉCOLOGIQUE ? Nous sommes des militants écologistes et des objecteurs de croissance de longue date. Ceci est peut-être la meilleure garantie pour un mangeur que ses légumes seront cultivés sans  aucun pesticide ou engrais de synthèse. Nous ne sommes pas certifiés bio et nous demeurons très critiques du biologique qui selon nous présente, à plusieurs égards, de sérieuses carences (reste perméable au productivisme et à la monoculture, dépend encore trop du pétrole, de la mousse de tourbe et du poulet industriel, de certaines multinationales, etc.) Nous n’avons pas nécessairement réussi à toujours dépasser ces incohérences mais au moins, nous les reconnaissons et essayons.

PETITE SURFACE ? Nous nous inspirons grandement des méthodes d’agriculture maraîchère bio-intensive popularisées au Québec par Jean-Martin Fortier (Le jardinier maraîcher, Éditions Écosociété ). Le maraîchage sur petite surface (moins d’un hectare dans notre cas) a pour but de minimiser, voir de bannir, l’utilisation de machinerie lourde. Ceci a l’avantage de minimiser les investissements, dépenses et endettements. C’est donc une plus grande indépendance face aux multinationales de la machinerie, du pétrole et de la finance. Ces techniques découlent de la permaculture (une « agriculture » qui cherche véritablement à être durable, dont les principes s’inspire des écosystèmes et qui est plus radicale que le bio.) Par exemple, les champs n’y sont pas labourés ; le travail du sol y est minimal de façon à ce que sa structure soit affectée le moins possible. Ainsi, la mycoflore et la faune du sol peuvent faire le travail de dégradation et d’aération de façon efficace. Les rotations, la biodiversité et la variété des espèces cultivées joue un rôle majeur dans le contrôle des parasites. La proximité des plants empêche l’épanouissement des adventices.
Une des faiblesses du bio  demeure sa dépendance envers les compagnies de fabrication de granules de fumier de poulets industriels. Aussi, nous souhaitons diminuer au maximum ces apports en valorisant les couverts , les engrais verts,   les purins végétaux, les aldsc_6565gues, les rotations et le compostage systématique y compris des adventices.

SOL VIVANT ET CARBONE !  Depuis 2016, nous avons intensifié nos efforts pour changer de paradigme en terme de  jardinage et tentons de délaisser de plus en plus les composts et fumures afin de nous tourner vers la paille et vers d’autres sources de carbone (BRF, foins, feuilles mortes, copeaux, brans de scie, etc.) Cette importante facette de la permaculture gagne en popularité via le mouvement Maraîchage Sols Vivants.  Nous sommes fiers de faire parti de cette mouvance appuyée par l’ONU (initiative 4 pour 1000) qui tente de faire passer l’agriculture d’émetteur net de gaz à effets de serre, à puit de carbone. 2014_08_05_01 269

img_3085

Betteravesimg_1111

 

 

 


Résultats de recherche d'images pour « soil symphony »L’agriculture conventionnelle cause plusieurs problèmes qu’une agriculture biologique ne réussira pas nécessairement à endiguer. Le film La symphonie des sols  (2e partie) présenté par La semaine verte dans le cadre de l’année internationale des sols (2015), traite de quelques uns de ces problèmes : désertification, compaction, mort et perte de fertilité des sols, pic du pétrole et du phosphore ; érosion, stérilisation et salinisation des sols ; eutrophisation des cours d’eau ; dépendance des paysans envers les multinationales ; gaspillage de l’eau, etc. On y montre également comment de très simples techniques (engrais vert, rotation, compost, paillis, goutte-à-goutte, travail minimal du sol, etc) permettent d’enrayer de potentielles catastrophes. En fait, on y explique bien qu’il faut nourrir le sol pour que lui puisse s’occuper des plantes. La 1ere partie (un autre 45 minutes) traite surtout de l’histoire et de la composition des sols.

Enregistrer

Publicités